Sur la route des vacances

C’est l’histoire de 3 amis qui font partie du même groupe d’entraînement et qui à l’issue de la saison sportive, ont décidé de s’accorder une semaine de vacances tous ensemble.

Ils sont très proches dans leur activité sportive et partage des valeurs communes qui les unissent les uns aux autres.

Puisqu’ils se sentent bien ensemble et qu’ils ont l’opportunité de vivre une semaine de repos, ils se décident à prendre la route des vacances…

Qui sont-ils ?

Le premier d’entre eux se nomme Cyriaque, c’est un athlète puissant envers lequel on valorise souvent son engagement et sa détermination à toute épreuve.

Son seul défaut estime-t-on, c’est d’avoir “sale” caractère car il a tendance dans les moments difficiles à laisser la colère prendre le dessus.

Le second se prénomme Armand, c’est le stratège de la bande. Il a besoin de tout planifier et voue un véritable culte à l’organisation sans faille.

Du coup, quand tout ne se déroule pas comme prévu, il devient stressé et angoissé.

Le troisième, c’est Hakim et lui son truc, c’est de tout donner pour le groupe.

Il a besoin qu’on valorise ses qualités et surtout, il ne veut en aucun cas décevoir. Alors il met tout en place pour permettre à chacun de se sentir bien quitte à s’oublier soi-même.

Découvre les Etats d’Esprit Spontanés ( Conquérant – Architecte – Héros )

Sur la route des vacances…

Pour atteindre leur destination, les trois amis doivent parcourir près d’un millier de kilomètres en voiture et pour cela Armand a proposé de prendre sa voiture en affirmant que ce serait plus sûr puisqu’il est très pointilleux sur l’entretien.

Et ainsi, argumente-t-il, nous sommes sûrs d’arriver au bout sans encombre.

Pour Hakim, c’est d’accord. Lui, de toute façon, tant que tout le monde est d’accord, ça lui va bien.

Pour Cyriaque, c’est d’accord aussi même s’il se dit que non révisée, sa voiture aurait aussi tenu le coup, c’est certain. Mais puisque Armand semble serein, allons-y comme ça.

L’organisation du trajet

Très vite, Cyriaque propose de diviser la route en trois étapes tout en affirmant qu’il est capable de tenir tout le trajet d’une seule traite et sans aucune difficulté.

Armand a depuis longtemps élaboré un plan de route qu’il soumet à ses amis en prenant soin de situer chaque étape tout en prenant le temps d’en présenter chaque détail.

Pour Cyriaque, c’est trop long et il se dit que c’est du temps perdu. Pourquoi se perdre dans tant de détails alors qu’on pourrait foncer et partir de suite.

Pour Hakim, c’est important d’écouter Armand car ce dernier a pris soin d’élaborer tout ceci et pour lui , la priorité, c’est d’apaiser tout le monde.

Il perçoit l’impatience de Cyriaque et l’engouement d’Armand dans sa présentation.

Il propose donc à Cyriaque de prendre la route en premier et remercie Armand pour la qualité de son organisation.

Le jour J

Comme convenu, Cyriaque prend le volant malgré un sentiment de colère qui s’est installé en lui tant Armand a pris soin d’optimiser la gestion des bagages en les rangeant dans le coffre. Encore une perte de temps se dit-il !

Pour soulager tout le monde, Hakim a proposé de mettre une valise supplémentaire à ses pieds. Tant pis pour le confort, l’essentiel c’est l’apaisement et d’atteindre l’objectif des vacances.

Le trajet de Cyriaque

Cyriaque est sûr de sa force, il a une volonté de fer et enchaîner les kilomètres ne l’effraie pas.

Il a tendance à avoir le pied lourd sur l’accélérateur car son grand but, c’est d’arriver vite en vacances. Pourtant son discernement et sa capacité à contrôler son impulsivité lui permettent de garder la maîtrise et de réguler son instinct de fonceur.

Mais lorsqu’ un véhicule norvégien le double rapidement, il jette immédiatement un œil sur son compteur et rage de constater qu’il est déjà à la vitesse maximale autorisée.

Instinctivement, il a envie de foncer pour calmer sa frustration et son impatience. C’est comme en compétition, on ne lâche jamais et on combat du début à la fin.

Son esprit de leader, son état d’esprit ambitieux et la volonté d’atteindre rapidement son objectif le pousse à accélérer et à rejoindre le véhicule norvégien malgré tout.

Le trajet d’Armand

Armand a tout préparé, chaque détail a été pensé et toutes les situations envisagées.

Il peut se passer n’importe quoi, il saura faire face pense-t-il. Planifier, ça sert à ça après tout !

Après Cyriaque, c’est lui qui va prendre le volant alors il se projette sur son futur trajet et cherche à anticiper toutes les situations possibles.

Cela le rassure d’anticiper car il se sent plus compétent et donc plus serein.

Mais comme à chaque fois, même s’il a réfléchi au moindre détail et que tout lui semble parfait, un grain de sable vient toujours perturber son processus de réflexion et cela finit toujours pas lui générer du stress et renforcer son sentiment d’anxiété.

Il a bien vu ce véhicule norvégien les doubler à vive allure et cela a provoqué chez lui plusieurs réflexions.

Il a d’abord cherché à évaluer le temps de trajet de ce véhicule si celui-ci se rend de la Norvège à la même destination que lui.

Il a cherché à comprendre les motivations d’un tel voyage. Pourquoi ne pas prendre l’avion ?

Il s’est projeté tantôt dans le passé en imaginant un tas de choses liés au périple du norvégien, tantôt dans le futur en se projetant sur les contraintes et les limites occasionnés par ce voyage.

Mais quand Cyriaque s’est mis à accélérer pour rattraper les norvégiens, Armand a très vite éprouvé de la peur en se projetant sur les conséquences d’une telle attitude, d’un éventuel contrôle de vitesse. Bref, il imagine le pire.

Alors très vite, il cherche à vérifier la présence d’un radar sur leur trajet, il cherche un moyen de parer aux conséquences d’un éventuel problème.

Lui, son truc, c’est la prudence et surtout éviter l’erreur.

Le trajet de Hakim

Hakim est derrière, il n’est pas dans une position confortable mais ça lui va bien car en sacrifiant son confort, il a préservé l’harmonie, favorisé l’ambiance du groupe et évité le conflit.

Il se sent heureux de vivre une semaine de vacances avec ses partenaires d’entraînement.

Il aime par dessus tout l’idée de partager des moments conviviaux et agréables.

C’est sûr, ces vacances vont resserrer les liens du groupe et favoriser les performances la saison prochaine.

Et puis il est heureux d’avoir pu contribuer à apaiser les tensions en ce début de voyage.

Quand le véhicule norvégien les double, Hakim le remarque immédiatement et ne peut s’empêcher de compatir à la difficulté que représente un tel trajet.

Lui c’est certain, avec une telle distance à parcourir en partant de Norvège, il aurait des moments de découragement tant le but à atteindre lui paraitrait insurmontable.

Il ressentirait de la déception quand il constaterait la distance qu’il lui resterait à parcourir s’il se rendait vers la même destination que lui.

Bizarrement, il est envahi par une vague de compassion à l’égard des passagers du véhicule norvégien. Mais il est comme ça, Hakim, l’empathie, c’est ce qui le caractérise.

Mais quand il constate l’attitude de Cyriaque qui déboîte et colle au train des norvégiens, Hakim éprouve de l’embarras. Il est gêné pour ses partenaires d’entraînement et aussi pour les passagers du véhicule qui le précède.

Hakim n’aime pas le conflit et il voudrait chercher à apaiser Cyriaque afin que tout rentre dans l’ordre très rapidement. Mais comment faire pour ne pas le froisser?

Les défis de Cyriaque, Armand et Hakim

Cyriaque est un instinctif

Il a besoin d’être fort et quand le véhicule norvégien le double à grande vitesse, cela réveille d’abord son appétit dans l’atteinte de son objectif ( parvenir sur son lieu de vacances ).

Et si en plus, il lui est possible de le faire dans un temps record, cela va venir combler son besoin d’être fort.

Quand les norvégiens le doublent, il éprouve de la frustration et comme c’est un instinctif, il cherche à combler son besoin de force et d’autonomie en entrant dans un processus de compétition.

Il va montrer qui il est en mettant la pression et en donnant au véhicule qui le précède la sensation d’être poussé.

” Pousse-toi de là que je m’y mette !!! “.

L’enjeu pour Cyriaque à présent est de retrouver du discernement, d’être intelligent dans l’action et de se focaliser sur son grand but : Arriver à bon port.

Armand est plutôt du genre rationnel

Il a besoin de sécurité et d’éprouver de la maîtrise afin de se sentir compétent en toute situation.

L’attitude de son ami Cyriaque l’inquiète au plus haut point car la sensation de peur l’envahit tant il a le sentiment d’avoir perdu le contrôle de la situation.

Son cerveau est en ébullition tellement il cherche à analyser l’enjeu de la situation et à trouver le moyen d’en sortir sans dommage.

Son goût de l’anticipation, son perfectionnisme et son sens du détail l’ont amené à prévoir, à organiser et à planifier tout le voyage.

Et à présent, il est angoissé par la situation mais aussi par le fait de ne pas avoir suffisamment anticipé le comportement excessif de son ami tout comme l’attitude imprudente du norvégien qui roule à vive allure.

L’enjeu pour Armand, c’est de retrouver sa clairvoyance et sa lucidité face à cette situation inconfortable qui l’empêche d’agir ici et maintenant afin d’apaiser les pulsions de Cyriaque.

Hakim est un émotionnel

Il comprend l’attitude de son ami Cyriaque mais il s’inquiète de sa réaction s’il lui demande de reprendre le contrôle de la situation.

Il connaît bien son ami et sait pertinemment que s’il lui suggère de revenir au calme, il aura droit à la colère impulsive de Cyriaque.

Avant même de lui en parler, il est déjà parcouru par un sentiment de tristesse face à cette situation qui vient de briser l’harmonie qui régnait jusqu’alors.

Il éprouve de la tristesse et craint de décevoir son partenaire en engageant le dialogue.

L’enjeu pour Hakim, c’est de parvenir à communiquer son besoin sans déclencher les foudres de Cyriaque.

Bien sûr, il comprend la réaction de ce dernier mais faire preuve de bienveillance, de partage et de compassion peut aussi permettre de reprendre en main une situation qui semble bien mal embarquée.

Comment revenir au calme et retrouver la sérénité ?

Cyriaque prend ce dépassement réalisé au-delà de la vitesse réglementaire comme une offense, une injustice.

Lui aussi pourrait atteindre sa destination, son objectif plus rapidement et satisfaire son besoin de performance en réalisant un temps de trajet canon.

Il avait décidé de se maintenir dans la zone de confort en respectant le code de la route tout en imaginant compenser cette limite imposée à son engagement et à son action par sa capacité à entraîner tout le monde avec lui et à pousser ses partenaires si besoin.

Ce dépassement a suscité de la colère et de la frustration de manière spontanée.

En pensant ” attends un peu, tu vas voir mon gars, moi aussi je peux agir comme toi ! “, il est sorti de sa zone de confort et glisse tranquillement vers la zone de frustration.

Le risque, commettre une erreur qui mettrait fin aux vacances avant même d’avoir commencé.

A ce moment là, Cyriaque aurait besoin, non pas de confiance, ça, il n’en manque pas mais plutôt de savoir faire preuve de résilience dans l’action, de flexibilité mentale pour parvenir à générer des émotions positives quand son état d’esprit spontané de Conquérant prend le dessus sur sa capacité à faire le bon choix.

Armand, lui, est dans une situation des plus inconfortable car non seulement, le groupe d’amis est sorti du cadre de référence qu’il avait planifié pour optimiser le trajet mais en plus le comportement de Cyriaque et du norvégien l’amène à penser que tous courent à la catastrophe.

Pour Armand, c’est inconcevable. S’il planifie tout et organise chaque détail, c’est justement pour éviter de se retrouver dans une situation pareille où l’absence de maîtrise est flagrante.

Afin de revenir au calme et permettre de revenir à un contexte apaisé et propice au dialogue et à la poursuite d’une route sans encombre, Armand aurait besoin de sentir qu’il est en capacité de reconnecter Cyriaque à l’essentiel : atteindre le lieu de villégiature.

Son état d’esprit spontané d’Architecte le plonge trop souvent dans la réflexion et l’analyse et de ce fait, le freine dans sa capacité à créer, à rebondir et à innover.

Hakim, lui, se connecter aux autres, il sait le faire mais plutôt de manière intuitive.

Cette capacité lui permet souvent de faire preuve d’empathie mais souvent à son détriment.

Hakim a souvent les solutions pour préserver équilibre et harmonie mais pas toujours pour les rétablir quand le groupe plonge dans la zone de panique et de frustration.

Il sait pertinemment que s’il s’adresse à Cyriaque pour tenter de le ramener dans la zone de confort , celui-ci va exploser de colère et l’envoyer promener.

A ce moment précis, Hakim aurait besoin d’être en capacité de s’adapter aux contraintes révélées par cette situation.

Lui qui possède un état d’esprit spontané de Héros aurait vraiment intérêt à développer sa capacité à entrer en relation avec Cyriaque afin de l’amener à réaliser quel est le but ultime du voyage ( coller au train du norvégien ou passer une semaine de vacances entre amis ?).

Nos trois amis se retrouvent tous dans une situation compliquée qui génèrent des émotions inconfortables tout en amenuisant leur niveau d’énergie.

Cette situation a suscité chez l’un de la frustration, chez l’autre du stress et chez le dernier tristesse et déception.

Cet évènement révèle en réalité à quel point un évènement qui échappe à notre contrôle peut selon notre état d’esprit spontané, révéler nos besoins.

Pour Cyriaque, le Conquérant, c’est celui d’être fort.

Pour Armand, l’Architecte, c’est celui d’être en sécurité.

Pour Hakim, le Héros, celui d’être aimé.

Cyriaque vise un résultat, Armand privilégie le processus et Hakim, c’est l’ambiance qui le dynamise.

Alors finalement, nous pouvons constater que les trois amis ont chacun des qualités essentielles et fondamentales pour optimiser leur parcours de vie et leur parcours d’athlète.

Et c’est en intégrant ces trois états d’esprit spontanés qu’on développe sa capacité à performer et à se focaliser sur le véritable enjeu qui n’est pas à mon sens de tout gagner, de tout maîtriser ou d’être en permanence en harmonie avec autrui.

Finalement la poursuite du norvégien aura permis à chacun de prendre conscience de son fonctionnement et d’intégrer le fonctionnement des autres dans sa propre réflexion, renforçant ainsi la capacité des uns et des autres à mieux communiquer ensemble.

Ils auront découvert que réagir de manière spontanée face à une situation donnée ne signifie pas que l’on est authentique.

Être authentique, c’est avant tout prendre le soin d’adapter ses attitudes et sa posture en vue d’optimiser ses réactions et ses actions face à une situation qui représente un enjeu pour nous.

Enfin face à l’enjeu de la situation qui se présente à moi, c’est en intégrant ma réaction instinctive, mes capacités à m’adapter et à gérer mes émotions qui me permettront de favoriser l’état d’esprit du Samouraï.

Pour l’anecdote, le péage a mis fin à la poursuite du norvégien, chacun des deux véhicules s’étant retrouvé au même endroit au même moment finalement.

Le norvégien est reparti en premier et plus rapidement…

Il avait un badge de télépéage que n’avait pas anticipé Cyriaque, Armand et Hakim 🙂

Vingt kilomètres plus loin, tout le monde s’est retrouvé à la pompe à essence puis sur l’aire de repos qui suivait.

Les trois amis constatèrent alors que même si le véhicule était immatriculé en Norvège, la famille était française et si elle roulait plus vite, c’était pour permettre aux enfants de soulager un besoin pressant.

On peut donc en déduire que bien souvent on réagit de manière spontanée à une situation.

On s’invente une histoire pour qu’elle colle à nos perceptions et à nos pensées.

Et puis, après coup, on se sent bien bête d’avoir (sur)réagi de la sorte et ce autant dans le sport que dans la vie en générale.

Qu’en pensez-vous ?!

Je vous propose de découvrir un excellent moyen de prendre conscience de nos pensées et des effets qu’elles génèrent en écoutant ceci.

Belle écoute !

Ensuite je vous propose de découvrir l’art de la communication en tenant compte de l’état d’esprit spontané de votre interlocuteur en découvrant ceci.

Bon visionnage !

Enfin je vous invite vraiment à visionner cette vidéo évoquant un poème inspirant de Kim et Alison Mcmillen que Charlie Chaplin récita à l’occasion de son 70ème anniversaire.

Bel été à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez ce site, rejoignez le Projet Rabeles sur

Découvrir Le Projet Rabeles