Quatre habiletés à maîtriser pour performer en compétition

Juin 2021, nous sommes autorisés à rejouer de véritables matchs.

Voilà l’occasion de renouer avec l’esprit de compétition et de mettre en pratique ce que nous avons vu sur le plan de la préparation mentale depuis six semaines maintenant.

Même si nous allons pouvoir nous confronter à une véritable équipe, nous avons à ce moment de la saison, besoin d’établir un cadre de référence afin de permettre à chacun de pouvoir s’exprimer à la hauteur de son potentiel du moment.

A votre avis, spontanément, pour ces jeunes sportifs, quelle a été leur première pensée à l’annonce de la tenue d’un match, d’un vrai match avec un adversaire, un véritable adversaire ?

Eux qui n’avaient pas jouer depuis des mois et des mois !

Leur attention s’est portée sur la victoire, le résultat !

J’en étais persuadé, leur réaction a été très spontanée, attendue, basique :

Match = victoire impérative !!!

Les garçons, Pause !

Ces dernières semaines, nous nous sommes attachés à renouer avec le plaisir d’être ensemble, la joie de pouvoir jouer, la satisfaction d’enchaîner les séances d’entraînement et le bonheur de retrouver notre condition physique et de pouvoir nous préparer pour la saison prochaine.

J’ai le sentiment que pour ce premier match, vous voulez foncer tête baissée et laisser de côté tout ce que vous venez de travailler.

En vous focalisant sur le résultat et en occultant ce que nous avons préparé ensemble, vous allez vous diriger vers quelle zone ?

La zone de panique et de frustration.

Bien sûr vous allez démarrer avec la volonté de bien faire et l’envie de tout donner. Néanmoins avez-vous pensé à ce qui va se passer si tout ne se déroule pas comme vous l’avez prévu ?

En démarrant à un niveau d’activation proche de l’euphorie, vous en oubliez les fondamentaux évoqués ensemble.

A quel moment de la saison sommes-nous ? Préparation, Pré compétition ou Compétition ?

Oui, nous sommes bien en phase de préparation.

Alors sur quoi devons nous mettre l’accent ?

  • La maîtrise dans un premier temps, la combativité dans un second temps et l’intensité dans une moindre mesure.

On va chercher à appliquer nos objectifs de processus afin de renforcer nos principes de jeu, à appréhender la rigueur tactique et la maîtrise technique.

Ensuite, oui, nous allons développer notre combativité progressivement et mettre de l’intensité grâce à des attitudes appropriées .

Ce que nous voulons obtenir au travers de ces matchs amicaux, c’est avant tout étendre nos capacités à évoluer dans la Zone Optimale de Performance et à nous y maintenir en toutes circonstances.

C’est l’objectif ultime de la phase de préparation.

Oui j’aime gagner, j’aime obtenir un résultat favorable mais si nous nous focalisons là-dessus uniquement, nous risquons de manquer l’opportunité de progresser dans des domaines essentiels au développement de nos compétences tant sur le plan mental que tactique.

Le résultat, je m’en fiche !

du moins sur le plan comptable.

Nous sommes en phase de préparation et ce qui compte avant tout, c’est de bâtir un groupe solide.

Notre ambition repose sur le fait de préciser les contours de notre projet commun. Celui qui va structurer l’ensemble de la saison qui, je vous le rappelle, ne débutera qu’en septembre.

Nous sommes début juin, profitons en pour nous remettre à niveau physiquement, travailler tactiquement et aborder tous ensemble la préparation mentale sportive !

Gagner le match est un bonus qui nous permet d’éprouver de la satisfaction et de matérialiser par un score favorable l’ensemble des efforts accomplis pour y parvenir.

Sachez cependant que j’attache énormément d’intérêt à la manière dont vous vous comportez tout au long du match. J’observe vos attitudes avant, pendant et après le match.

Gagner pour gagner n’est pas ma priorité.

Si c’est cela que je recherchais, je vous mettrais face à une équipe de niveau inférieure et on passerait notre match à marquer des buts, à privilégier la solution individuelle et la facilité.

Mais que se passera-t-il quand débutera le championnat ?

Comment ferez-vous pour évoluer dans la Zone Optimale de Performance si auparavant vous n’avez pas eu à gérer des matchs difficiles, des scores défavorables ou encore de la colère, de la frustration ou de la déception ?

Voilà donc ce que je vous propose :

Nous avons un mois devant nous avant la pause estivale alors je vous propose d’évoquer les trois habiletés et même les quatre habiletés qu’il est nécessaire de pratiquer et d’entraîner régulièrement pour évoluer dans la Zone Optimale de Performance ( ZOP ).

Ce qu’on cherche à atteindre grâce à la pratique de la préparation mentale

La concentration

La concentration est une habileté liée à la maîtrise.

Rappelez-vous à quel point elle est importante en phase de préparation.

On cherche à perfectionner, à travailler les détails et à se focaliser sur l’apprentissage et le développement de nouvelles habiletés.

Sans maîtrise, il n’est pas possible d’évoluer dans la ZOP car en compétition nous avons besoin de faire appel aux automatismes pour être performant.

Pour pouvoir faire appel à eux, il est important de les avoir pratiqués et approfondis en séances grâce aux répétitions techniques par exemple.

On cherche à agir dans le moment présent et à aligner le corps et l’esprit.

En compétition, quand tout ne se passe pas comme on le voudrait, le risque est de glisser vers un mode de fonctionnement qui s’appuie sur le passé en le revisitant :

ex : ” Encore la même erreur que la dernière fois, c’est sûr, je vais pas y arriver, une fois de plus ! “.

Il est aussi possible de se projeter dans le futur car on anticipe la possibilité de perdre le match. On craint les conséquences de la défaite ou l’erreur que l’on pourrait commettre :

ex : ” Si je ne fais pas un bon match demain, je suis certain de perdre ma place “.

Il s’agit là de la première dimension de la concentration : Le Temps.

La deuxième dimension fait référence au Lieu.

L’attention est nécessaire à la concentration et se laisser distraire par un évènement qui se passe en tribune, une lumière mal réglée ou des supporters trop bruyants, peut générer une perte de concentration.

Pour cela il est important de connaître le moyen de conserver le focus sur l’action grâce notamment à nos sens.

Pour performer, nous utilisons essentiellement la vue, l’ouïe et le toucher. Ce sont les principaux canaux sensoriels qui nous permettent de nous concentrer mais aussi paradoxalement d’être à l’origine de la perte de la concentration.

Alors comment faire pour garder le focus ou le retrouver en compétition ?

1/ Identifier les sources de distractions :

Origine interne liée à mes pensées / Origine externe liée à l’environnement.

2/ Utiliser un son, un geste, un mot pour revenir au moment présent :

Je stoppe le processus de distraction et je bascule vers le bon comportement.

3/ Je choisis de me maintenir dans le moment présent :

J’accepte de laisser mes pensées voyager et je saisis l’opportunité d’entraîner ma capacité à me concentrer et à maintenir cet état autant que cela est nécessaire.

Y parvenir implique de vous y entraîner régulièrement dès que l’occasion se présente. Notre vie est pleine d’opportunités de travailler cette compétence et votre faculté à vous maintenir dans le moment présent pour agir ICI et MAINTENANT !

Agir ici et maintenant !

La visualisation

Cette habileté est liée à l’intensité dont l’objectif est d’amener l’athlète à augmenter sa motivation, à pratiquer des activités qui demandent du cœur ou qui lui font vivre des émotions et des sensations fortes.

C’est une pratique qu’on va exploiter en compétition notamment en cherchant à évoluer dans la ZOP.

L’intensité peut être de nature physique, mentale ou émotionnelle.

Du point de vue physique, elle est liée aux qualités athlétiques alors que sur l’aspect mental, elle est liée aux qualités intellectuelles et sur le plan émotionnel, on fait appel aux qualités du cœur.

En entraînant les facultés à mettre de l’intensité, on cherche à produire des adaptations tant sur le plan physique, mental qu’émotionnel.

Pour développer cette force, il est essentiel de connaître la finalité de la tâche à accomplir, d’apprendre à gérer la durée de l’effort et de faire progresser le niveau d’exigence.

En intégrant la pratique de la visualisation dans mon entraînement, j’amène cette faculté à développer ma capacité à mettre de l’intensité en compétition et je le fais sans effort apparent.

  • ” Euh coach, je suis perdu là ! “, ” Concrètement, on fait quoi ? ”
  • ” Oui c’est vrai, je m’emballe un peu : )”

Une première approche de la visualisation

  • Première information à retenir, les garçons :

Le cerveau ne fait pas la différence entre l’expérience réelle et ce qu’on imagine. Cela signifie que grâce à la visualisation, on peut imaginer ce qu’on veut et cela permet à notre cerveau d’envisager de nouvelles attitudes, de nouveaux comportements qui vont nous mener plus loin.

  • Mise en pratique :
  1. On se pose dans un endroit calme.
  2. On prends trois respirations abdominales : on inspire en gonflant le ventre durant 3 secondes puis expire durant 6 secondes.
  3. Sélectionne 3 bons coups réalisés en match ou en compétition, des faits qui te motivent et qui t’inspirent quand tu y repenses et que tu les revois mentalement.
  4. Crée une sorte de mini clip vidéo composé de ces 3 évènements.
  5. Visionne ta vidéo dans ta tête en te visualisant en plein action et non en te regardant effectué ces 3 bons coups.
  6. Vois les détails, entends les sons, ressens les sensations physiques et les émotions procurées.
  7. Ouvre les yeux ! Alors comment te sens tu à présent ?

Chaque fois que tu voudras te préparer à un évènement particulier comme un match ou une compétition, tu pourras faire appel à cette technique de visualisation.

Chaque fois que tu auras des doutes, des craintes ou des interrogations, active grâce à un geste, un son que tu auras défini, les bienfaits procurés par cette visualisation.

Pour y parvenir sur commande, une seule chose à faire, t’entraîner chaque fois que l’opportunité se présente. Que ce soit sur le terrain, en compétition ou dans la vie quotidienne.

Plus tu entraîneras cette habileté plus tu seras en capacité de rebondir face aux difficultés rencontrées.

Déclencher sur commande grâce à la visualisation

L’activation

Le niveau d’activation représente la quantité d’énergie, d’excitation, d’éveil physique, mental ou émotionnel dans une situation donnée.

Lorsque le temps de réaction est lent, lorsqu’on ressent de la fatigue ou un manque de motivation alors on est peu activé.

Lorsqu’on ressent beaucoup d’excitation, de la tension, de la nervosité ou du stress alors on est très activé.

Selon la situation éprouvée, je peux faire appel à des outils très simples et efficaces pour réguler mon niveau d’activation selon mon besoin du moment.

Je peux écouter de la musique ou encore des affirmations positives qui vont me préparer à l’action. Je peux aussi visionner des vidéos qui vont avoir de l’impact sur mon niveau d’énergie.

Je peux aussi avoir besoin de réguler mon niveau d’activation et faire appel à des techniques de respiration, de méditation et de relaxation.

Enfin je peux pratiquer des exercices dynamiques ou adopter des postures dynamisantes afin d’être prêt à agir ici et maintenant.

Je vous partage une technique efficace qui s’appuie sur la respiration et me permet de réguler mon niveau de stress et aussi de me préparer à agir le moment venu :

Il s’agit de la cohérence cardiaque.

équilibre – pureté – résilience

Évoluer vers l’état de flow

Quand je parviens à équilibrer maîtrise, intensité et combativité alors j’évolue dans une zone optimale et idéale qu’on appelle le Flow.

L’athlète :

  • est focalisé sur le moment présent.
  • exécute sans réfléchir et sans effort.
  • ne se donne pas d’instructions.
  • est complètement immergé dans l’action.
  • est concentré sur ce qu’il fait.
  • agit dans l’instant.
  • lâche prise sur ce qui vient de se passer et passe à l’action suivante.
  • fait confiance à son instinct.
  • cherche à se dépasser sans penser au résultat futur.
  • privilégie l’efficacité plutôt que la perfection.
  • est détendu et énergique.
  • performe de manière fluide avec un bon synchronisme.

Voilà pourquoi on cherche d’abord à préparer, accompagner, développer, soutenir, valoriser, encourager plutôt que tout miser sur la victoire à tout prix…

La méditation

Découvrez la Pleine Conscience !

Nous verrons comment tout cela s’est mis en place dans le prochain épisode !

En attendant, vous pouvez me poser vos questions en cliquant sur le lien ou me laisser un commentaire ci-dessous.

Découvrir, s'initier, se former à la préparation mentale sportive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez ce site, rejoignez le Projet Rabeles sur

Découvrir Le Projet Rabeles