Comment la maîtrise du stress va te permettre d’exploiter tout ton potentiel

De nos jours, on attribue souvent au stress, une connotation négative, souvent associée à l’anxiété.

Cet état s’apparente à un sentiment de mal-être qui peut prendre la forme de la morosité, de l’irritabilité ou encore de la peine.

C’est un état émotionnel du quotidien plus ou moins durable qui peut être lié à un évènement qui pourrait survenir dans le futur.

Le stress quant à lui s’apparente à un processus émotionnel lié à un agent stressant identifié.

Supprimer la cause du stress revient à en supprimer l’existence même.

L’approche scientifique

Hans SELYE propose le concept de stress dans une approche essentiellement biologique en trois phases distinctes :

  • La phase d’alarme dont la finalité serait une vigilance accrue et l’accroissement des moyens physiologiques de fuite face à l’agression.
  • La phase de résistance, d’adaptation proprement dite, qui fonctionne comme un régulateur hormonal. Elle permet d’opérer des choix en fonction des acquis et du passé.
  • La phase de retour à la normale si l’agent stressant est maîtrisé ou, au contraire, vers l’épuisement si cet agent stressant n’est pas maîtrisé.

Le stress naît donc de la différence entre perception de la demande et perception des réponses possibles.

Il nécessite une période de récupération adapté en qualité et en quantité pour disparaître.

Les travaux de Henri LABORIT puis de Jacques FRADIN précisent les modifications physiologiques très fortes liées au stress qui aboutissent à trois attitudes :

  1. Le blocage
  2. La fuite
  3. Le faire face

Ces attitudes adaptatives qui seraient inscrites dans notre patrimoine génétique pour des raisons de survie, se retrouveraient dans nos comportements quotidiens, expliquant la fonction du stress.

Face à une situation de stress, je réagis selon deux évaluations possibles :

  • Soit la situation est sans importance et je reste neutre.
  • Soit elle est importante et j’ai les moyens de faire face alors j’associe cela à un challenge, un défi à relever ( SELYE parle de Eustress : bon stress ).
  • Soit elle est importante et je pense ne pas pouvoir faire face alors j’associe cela à une menace ( SELYE parle de Distress : mauvais stress ).

le stress est normal ses manifestations nous indiquent que le corps est prêt à l’action.

Quelques nuances entre le stress et l’anxiété

Voici un exemple concret permettant de constater quelques nuances entre le stress et l’anxiété. 

Imaginons un jeune athlète qui va participer à sa première grande compétition internationale.

Élément déclencheur
Stress
Le système d’alarme interne est déclenché par un danger ou un risque réel et relativement rapproché dans le temps. Exemple : Je n’ai aucun repère pour demain, je reviens de blessure. J’ai un peu peur de me manquer. J’ai besoin de quelqu’un ou de quelque chose pour m’accompagner, me guider, me rassurer.


Anxiété
Anticipation et appréhension d’une situation. Exemple : J’appréhende vraiment la compétition de demain, l’enjeu est tellement important pour moi et mon avenir. Si je me rate, ma carrière ne décollera pas, c’est certain . Je suis focalisé sur les incontrôlables.
Éléments déclencheurs du stress et de l’anxiété.
Émotions et sentiments
Stress
Crainte — Vigilance — Nervosité — Fébrilité — Excitation — Euphorie — Amusement
Exemple : Je suis dans l’observation et intimidé. J’observe les autres athlètes, le public, les installations. On m’appelle, ça y est , c’est parti, mon cœur bat vite et je tremble un peu. Au fond de moi, j’aimerais qu’on m’accompagne, mais je suis également fasciné par tout ce qui se passe ici et maintenant , excité à l’idée de vivre ma première grande compétition. C’est nouveau et c’est exaltant.


Anxiété
Inquiétude — Appréhension — Angoisse — Panique — Terreur — Hypervigilance
Exemple : J’ai du mal à m’endormir la veille de ma compétition, car je pense à ce qui m’attend demain. Je me sens désorienté , comme une envie de ne pas y aller. L’idée d’échouer me tétanise.
Émotions et sentiments.

Et la peur, qu’est-ce que c’est ?

Une peur survient lorsque quelque chose, dans l’environnement ou dans l’imagination de l’individu, déclenche le fameux système d’alarme interne et provoque de la répulsion et de la frayeur. (C’est vrai, la différence est subtile.) 

Selon le cas et l’ampleur de l’émotion, la peur peut indiquer la présence de stress ou d’anxiété. 

Par exemple, si l’athlète sursaute et crie à l’appel de son nom en chambre d’appel, on parlera de stress, mais s’il refuse de s’y rendre au dernier moment parce qu’il craint d’échouer, il sera alors question d’anxiété.

Quand la peur devient envahissante, récurrente et qu’elle perdure dans le temps, il s’agit alors d’une phobie.

Potentiel sans limite…

Calmer l’anxiété , maîtriser le stress, exploiter tout son potentiel

Calmer l’anxiété

L’anxiété est une émotion désagréable qui combine des symptômes physiques (le cœur bat vite et fort, la respiration semble difficile, présence de sueurs, tremblements, étourdissements ou de mains moites, corps crispé, muscles tendus) et des pensées anxieuses (inquiétudes, ruminations, obsessions, doutes, craintes).

L’anxiété survient lorsque tu crains de commettre une erreur ou encore lorsque tu as peur de l’échec et aussi lorsque tu t’attardes à observer ton adversaire et à imaginer que son niveau te semble redoutable.

Tu anticipes en imaginant le pire et les conséquences qui pourraient survenir.

Les symptômes ont l’avantage d’être facilement identifiables et des solutions faciles à mettre en place existent à condition de t’entraîner régulièrement à calmer l’anxiété quand la situation se présente dans le sport ou dans la vie en général.

La régulation de la respiration

La respiration est une fonction corporelle autonome sur laquelle il est possible d’agir volontairement.

Elle constitue donc un outil indispensable pour le contrôle et la régulation de l’état de performance optimal.

Respirer de manière consciente peut notamment permettre d’écarter des pensées ou des évènements perturbateurs et entraîner sa concentration.

Sur le plan physique, réguler sa respiration contribue à améliorer la circulation sanguine et l’activité des glandes.

Sur le plan émotionnel, elle atténue les peurs et stabilise les émotions.

Sur le plan cognitif, elle renforce la concentration et améliore les capacités d’apprentissage.

La méditation

La méditation est en des termes simples, un ” entraînement de l’esprit ” qui consiste à :

  • Acquérir davantage de calme au niveau de notre esprit.
  • Se libérer de ses facteurs mentaux perturbateurs, appelés aussi « poisons mentaux » (peurs, colère, jalousie, etc … ).
  • Éveiller ses qualités humaines latentes (bienveillance, compassion, amour altruiste, sagesse, etc …).

La première étape consistera donc à maîtriser le mental, non pas en cherchant à le contrôler, mais par l’apaisement.

Cet apaisement apportera le recul nécessaire pour ne plus s’identifier à ses pensées et émotions.

Grâce à cette maîtrise de l’esprit, il deviendra alors possible de révéler ses qualités humaines qui, elles, participeront à notre bonheur.

Un exemple d’éveil à la méditation : le guide Headspace de la méditation

Maîtriser le stress


Le stress affecte tout le monde, même les enfants, mais à des degrés et à des intensités différents.

Entre le bon stress qui nous permet d’être vigilant et performant et le mauvais stress qui nous empêche de bien fonctionner, il y a toutes les petites situations de stress du quotidien qu’il faut arriver à gérer.

Le stress peut être défini comme étant un état de perturbation physique provoqué par un agent physique, psychique ou émotionnel.

Face à une situation dangereuse, épuisante ou angoissante, l’organisme produit des hormones spécifiques au stress : l’adrénaline et le cortisol.

L’adrénaline, qui est sécrétée en premier, stimule le rythme cardiaque, la respiration et la circulation du sang vers les muscles.

Le cortisol envahit ensuite tout l’organisme afin d’aider l’adrénaline à garder l’énergie à un niveau assez élevé.

Le cortisol permet également de convertir les gras en sucre et d’apporter encore plus d’énergie à notre corps.

Le stress est une réaction psychologique et physique de l’organisme devant une situation difficile qui demande une adaptation.

Dans certaines circonstances, on peut d’ailleurs parler de bon stress.

Le stress peut en effet permettre de stimuler la motivation, l’esprit et d’être plus vif et alerte dans certaines situations.

Des chercheurs ont estimé qu’il existe deux grandes catégories de “stresseurs”, c’est- à-dire de situations qui provoquent la production d’hormones du stress.

Il y a les “stresseurs” physiques, qui représentent tous les facteurs qui agissent sur notre corps comme les blessures, la douleur ou les maladies.

Les “stresseurs” psychologiques , eux, regroupent les événements, les situations ou les individus qui ont un effet négatif ou dangereux sur nous tels que le fait d’être pris par le temps au travail, d’avoir la sensation d’être submergé(e) en cours, de ne pas trouver de possibilité de répondre à un besoin pour soi ou pour les autres, de passer un concours important ou une sélection.

Les quatre caractéristiques communes

Les chercheurs ont remarqué que même si les situations ou les événements de stress diffèrent d’un individu à l’autre, il existe quatre caractéristiques communes qui induisent une réponse de stress chez tout le monde, provoquant ainsi la sécrétion d’hormones.

Ces quatre éléments, que les chercheurs appellent “la recette du stress” sont :

  • Le contrôle ( l’individu sent qu’il a très peu ou pas de contrôle sur la situation ).
  • L’imprévisibilité ( un événement inattendu se produit ou encore, l’individu ignore ce
    qui va se produire ).
  • La nouveauté ( quelque chose de nouveau se produit, par exemple l’arrivée d’un nouvel
    entraîneur ou vous devez expérimenter quelque chose de nouveau ).
  • L’égo menacé ( quelqu’un doute de vos capacités ou de vos compétences ).

Le stress se manifeste par des symptômes physiques, mais aussi psychologiques.

Voici une liste des principaux signes du stress :

  • Augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle
  • Accélération de la respiration
  • Augmentation de la température corporelle
  • Les différents sens sont en éveil (dilatation de la pupille, sécrétion d’endorphine en cas de douleur et de blessures)
  • Problèmes digestifs (bouche sèche, vessie et intestins qui ne fonctionnent plus normalement)
  • Maux de tête
  • Vertige
  • Problème de sommeil et d’appétit
  • Irritabilité, agitation, indécision, anxiété, inquiétude, difficulté à se concentrer, tristesse

Les conséquences du stress

Lorsqu’une situation de stress se prolonge chez un individu, l’organisme devient débordé et se fatigue.

En produisant toujours plus d’hormones, l’organisme ne peut plus se reposer et s’épuise peu à peu.

On parle alors de stress chronique.

L’individu devient alors fatigué physiquement et mentalement et différents symptômes peuvent apparaître ( voir ci-dessus ).

Chez le sportif, cela peut se traduire par des difficultés à gérer ses émotions, des difficultés à faire les bons choix, à prendre les bonnes décisions et par conséquent augmenter le risque d’erreur et favoriser la contre-performance.

accueillir, écouter, comprendre et réguler le stress

Comment mieux gérer le stress

La cohérence cardiaque ou la puissance du lien entre cœur et cerveau.

On n’imagine pas à quel point notre cœur est relié à notre cerveau.

Le cœur compte pas moins de 100 000 cellules neuronales qui influencent notre cerveau.

Ce pouvoir du cœur sur nos émotions et notre cerveau a été au cœur des travaux de l’institut HeartMath qui a développé la cohérence cardiaque à la fin des années 1990.

Quels sont les bienfaits de la cohérence cardiaque ?

La cohérence cardiaque entraîne une réaction physiologique qui permet de remettre son système nerveux autonome à zéro, en diminuant notamment la production de cortisol”.

  • Une meilleure gestion du stress, de l’anxiété et de leurs conséquences
  • Une baisse de la pression artérielle chez les personnes hypertendues
  • Une diminution des fringales, une amélioration de la qualité du sommeil, de la digestion et de l’apprentissage
  • Une mise à distance des émotions dérangeantes
  • Une aide à la prise de décisions
  • Une augmentation des immunoglobulines A salivaires ( participent à notre système immunitaire )
  • Hausse de la DHEA, hormone nécessaire pour ralentir le vieillissement.

Comment pratiquer la cohérence cardiaque ?

Le mieux est de pratiquer cet exercice si possible trois fois par jour, dès le matin, moment où la sécrétion de cortisol est la plus importante, ce qui présente en outre l’avantage de commencer la journée calmement.

Deuxième séance, 4 heures plus tard, avant le déjeuner, afin d’atténuer les éventuels événements stressants de la matinée et amener à la digestion.

Enfin, en milieu ou fin d’après-midi, pour préparer la soirée et s’apaiser avant de s’endormir.

Mais il n’y a aucun inconvénient à pratiquer à d’autres moments de la journée, lorsque l’on en ressent le besoin.

Cela ne prend que 5 minutes et les bénéfices durent environ 3 heures !

À répéter tous les jours, pour entretenir son système nerveux, surtout en ce moment où l’ambiance générale est assez anxiogène pour de nombreuses personnes.

Une astuce pour vous souvenir de cette pratique, le fameux 3.6.5 pour : 3 fois par jour, 6
respirations par minute, pendant 5 minutes.

Vous pouvez utiliser une application comme Respirelax et pratiquer l’exercice de la bulle d’air.

Remède anti stress assuré !!!

3 – 6 – 5

Les facteurs de stress et d’anxiété sont nombreux et influencent directement nos capacités à exploiter tout notre potentiel.

Apprendre à gérer le stress et l’anxiété renforce nos capacités à gérer nos émotions, stabilise l’estime de soi et optimise notre énergie.

Nous sommes finalement souvent au travers de notre manière de voir la vie, responsable de notre angoisse, de notre inquiétude et de nos craintes.

Apprendre à bâtir notre confiance en identifiant nos sources de stress va nous permettre d’élaborer des stratégies spécifiques, personnalisées et efficaces pour demeurer calme et en contrôle en toutes circonstances que ce soit dans le sport ou dans la vie quotidienne.

Tu peux accéder à ta première formation offerte en cliquant ICI et découvrir les sources de stress chez les athlètes, les tactiques pour réduire le stress et mes stratégies pour bâtir ta confiance et utiliser tout ton potentiel en compétition.

Découvrir, s'initier, se former à la préparation mentale sportive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez ce site, rejoignez le Projet Rabeles sur

Découvrir Le Projet Rabeles