Se libérer, faire preuve de flexibilité, s’épanouir et profiter de l’instant présent !

“Si tu es déprimé, tu vis dans le passé.

Si tu es anxieux, tu vis dans le futur.

Si tu es en paix, tu vis dans le présent.”

Lao Tseu

Développer sa capacité d’adaptation

Quand tu découvres un nouvel environnement dans le milieu sportif, professionnel, scolaire ou artistique, ta première intention généralement, c’est de faire bonne impression.

La personne qui t’accueille commence toujours par te présenter le cadre, l’environnement dans lequel tu vas évoluer à partir de maintenant.

Tu comprends alors qu’il y aura des règles à respecter, un code de conduite à adopter et des comportements à proscrire.

Tu es en quelque sorte évalué(e) sur ta manière d’être et tes capacités à adopter les codes de ton nouvel environnement.

Selon ton état d’esprit, cela sera plus ou moins aisé pour toi d’y parvenir.

Si tu es d’un tempérament fonceur, tu vas rapidement être à l’aise mais tu risques à terme de percevoir les limites du système imposé.

Le risque alors pour toi, c’est de basculer dans une démarche inappropriée pour les personnes déjà installées.

Tu risques alors de créer des tensions non seulement envers toi mais aussi autour de toi.

Si tu es d’un naturel plus posé, plus réfléchi, tu vas basculer dans l’analyse de tout ce qui selon toi, dysfonctionne.

Tu vas élaborer des stratégies et des mécanismes pour tenter d’améliorer les difficultés perçues.

Tu risques alors de te déconnecter des tâches à accomplir et de te préoccuper plus du futur immédiat que de l’instant présent.

Forcément tu vas passer pour un idéaliste ou un empêcheur de tourner en rond car finalement personne ne t’a rien demandé 🙂

Si tu es d’une nature discrète, tu auras tendance à suivre le mouvement par crainte d’être perçu(e) d’une manière inappropriée et inadaptée pour le bon fonctionnement du groupe.

Tu vas mettre de côté des idéaux, tes aspirations pour mieux te fondre dans la masse.

Pourtant au fond de toi, tu éprouveras ce sentiment de non épanouissement et cela provoquera chez toi de la tristesse et de la désolation.

En réalité s’adapter à son nouvel environnement ne signifie par pour autant renoncer à qui on est vraiment et ce quelque soit ton état d’esprit spontané.

Il est juste nécessaire de trouver le bon équilibre entre la discipline et ton identité propre.

S‘adapter à son nouvel environnement ne signifie par pour autant renoncer à qui on est vraiment

Développer une attitude flexible

La capacité de s’adapter à une situation qui te pousse hors de ta zone de confort est une habileté cruciale pour performer à la hauteur de ton potentiel dans le domaine qui représente un enjeu pour toi.

Le risque principal quand tu souhaites répondre aux attentes ou aux exigences des autres ou d’une institution qui t’impose un cadre précis, c’est de faire preuve de trop de discipline.

Faire des choses car c’est censé être ainsi, car on nous a dit que ça devrait être comme ça ou parce que les autres s’attendent à ce qu’on fasse comme cela et pas autrement, risque d’être une source d’inconfort et de mal être.

Si tu es un instinctif, tu vas à un moment ou un autre exploser de colère face à cela.

Si tu es un cérébral, tu vas décrocher et partir dans de multiples réflexions et analyses qui ne te mèneront pas bien loin.

Enfin si tu es plus émotionnel, nul doute que cette situation te fera souffrir et provoquera tristesse et lassitude.

Vouloir faire plaisir à l’un ou à l’autre ou vouloir coûte que coûte adopter les codes imposés, te prive de ta capacité à innover, à créer et à t’adapter.

Le chêne se moque un peu du roseau, il le voit faible et fragile. Puis la tempête se lève, le vent souffle. Le roseau plie mais ne rompt pas. Le vent redouble, et le chêne est déraciné.

Sortir de sa zone de confort

Entreprendre une nouvelle aventure quelle qu’elle soit t’amène inévitablement à sortir de ta zone de confort.

Tu pourrais alors être tenté(e) d’adopter une posture, un ton, des attitudes ou des principes qui ne te caractérisent pas vraiment.

Pour convaincre, tu t’imposerais alors une discipline de fer qui pourrait t’enfermer dans un carcan qui empêcherait l’être que tu es vraiment de s’exprimer pleinement et de manière authentique.

Tu pourrais alors te priver de tes capacités à lâcher prise, à écouter ton corps, ton cœur et ton instinct.

Quand tu découvres un nouvel environnement avec un nouvel entraîneur, un nouveau groupe d’entraînement ou quand tu participes à une détection, un entretien, une audition ou tout simplement quand tu intègres un nouveau job, tu peux être tenté(e) d’en faire plus et d’adopter des gestes qui ne te correspondent pas vraiment.

Par conséquent cela t’amène à être plus crispé(e), plus hésitant(e) et moins spontané(e).

Tu perds alors ta capacité d’agir dans le moment présent car tu crains peut-être de revivre une expérience douloureuse ou encore de faire mauvaise impression et de ne pas être retenu(e).

Ton esprit voyage entre le passé et le futur alors qu’il aurait tout intérêt à évoluer dans le moment présent : ” ICI et MAINTENANT “.

Comprendre ce qu’il se passe quand tu sors de ta zone de confort

La flexibilité mentale

Ici on va chercher à privilégier tes capacités d’adaptation plutôt que de te laisser embarquer par ta rigidité, tes pensées ou tes émotions.

En adoptant la flexibilité mentale, tu développes tes capacités à prendre des risques à certains moments et à agir selon ce que t’indique ta petite voix intérieure.

Même si cela va parfois à l’encontre de ce que tu crois devoir faire ou de ce qu’on aimerait que tu fasses.

Plutôt que de t’acharner à vouloir prouver que tu es celui ou celle dont l’équipe a besoin, tu pourrais faire une pause, passer à autre chose et qui sait si finalement, cela ne va pas déboucher sur une idée géniale qui va te permettre de convaincre davantage.

Face à l’enjeu d’une situation ( sport – étude – travail…), tu es celui ou celle qui détermine la manière la plus opportune d’agir pour répondre à la demande exigée par la tache à accomplir.

L’important c’est de rester authentique et en phase avec celui ou celle que tu es au fond de toi.

Tu peux adopter les codes imposés par le cadre dans lequel tu évolues sans pour autant te renier.

Adopter les principes et les valeurs d’un club, d’une école, d’une entreprise ou d’une troupe, souligne simplement que tu es en capacité de t’adapter.

Plutôt que de maintenir tes positions à tout prix au risque de te perdre toi même, tu peux parvenir grâce à un esprit d’ouverture à instaurer progressivement un dialogue, une réflexion et à terme une évolution dans les pratiques ou les manières d’envisager les procédés et ce dans tous les domaines où tu te fixes des objectifs de progression et de résultats.

Longtemps ton fonctionnement t’a permis d’asseoir ta confiance et de consolider ton estime de soi. Mais c’est quand on est confronté(e) à de nouvelles problématiques ou des difficultés que la flexibilité mentale t’ouvre à de nouvelles perspectives.

Cela pourrait t’apporter un plus grand bien être et un tout nouveau sentiment de liberté.

La véritable discipline consiste à s’entraîner à être à l’écoute de ta voix intérieure, de ton GPS interne et à faire preuve de discernement afin d’agir le plus souvent possible en fonction de ce qui est le mieux pour toi.

A partir de l’instant où tu comprends qu’être discipliné(e) ne signifie pas de se donner la responsabilité de répondre à telles ou telles exigences imposées par un cadre ou par autrui mais plutôt de le caractériser comme une responsabilité que l’on a envers soi-même.

Cela revient à faire les efforts pour devenir toujours plus intègre et authentique.

Il est là le véritable enjeu !

Il te reste à présent à trouver l’harmonie entre l’exigence de la tâche, tes valeurs, ton engagement et ta capacité à t’adapter à ton environnement…à l’image du roseau qui plie mais ne rompt pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez ce site, rejoignez le Projet Rabeles sur

Découvrir Le Projet Rabeles