5 minutes pour comprendre le mental

En sport, on cherche à demeurer le plus performant possible et ce tout au long de la compétition ou de l’épreuve dans laquelle on est engagé.

On associe généralement le mental au principe de donner le meilleur de soi et d’aller au maximum de ses capacités physiques.

En réalité, développer ses aptitudes et compétences mentales requiert une pratique régulière et ne s’improvise pas.

Tout comme on entraîne ses habiletés physiques, techniques ou tactiques, on peut s’aguerrir sur le plan mental en intégrant la préparation mentale dans ses entraînements.

Grâce à l’acquisition de compétences accessibles et d’outils faciles à intégrer dans sa pratique sportive, l’athlète va augmenter ses capacités à mieux gérer ses émotions, optimiser son énergie et renforcer l’estime de soi.

A travers cela, il va accroître ses sources de motivation, développer sa confiance, renforcer ses capacités de concentration et favoriser ses aptitudes à communiquer.

Dès lors il sera en mesure d’évoluer dans la Zone Optimale de Performance et d’atteindre le flow.

Accéder à la ZOP

Qu’est-ce que la fluidité ( le Flow ) ?

  • État associé souvent à la confiance et à la performance optimale.
  • État de réussite, d’équilibre dans lequel les sportifs réussissent tout ce qu’ils tentent.

Deux niveaux de fluidité ( Selon Christian TARGET, La bible de la préparation mentale ed.amphora):

  • La fluidité / Performance
  • La Fluidité / Bien-être

Que l’on soit sportif ou non, elle confère une grande impression de liberté, de joie, d’accomplissement et de compétences.

En somme, tout se déroule à merveille et comme prévu.

On peut éprouver la sensation de voler, de flotter et que les choses s’écoulent à la manière d’une chute d’eau.

Les gestes sont précis, les erreurs absentes ou corrigées spontanément et la coordination optimale.

Tout est en harmonie, l’alchimie s’installe et chacun se dirige vers une direction commune.

Le flow n’est pas spécifique au sport et peut intervenir dans nos activités quotidiennes.

Daniel Goleman dans : l’intelligence émotionnelle ( 1997), observe une micro fluidité que tout le monde ou presque connaît de temps à autre.

On l’observe quand on donne le meilleur de soi-même et que l’on va au-delà de ses limites habituelles.

C’est ce qu’écrit également Mihaly Csikszentmihalyi ( MC ) en développant l’idée que ces grands moment de la vie surviennent quand le corps et l’esprit sont utilisés jusqu’à leurs limites dans un effort volontaire en vue de réaliser quelque chose de difficile et d’important.

Pour chacun, il y a des milliers de possibilités ou de défis susceptibles de favoriser le développement de soi par l’expérience optimale.

Combiner bien être et performance, relever les défis, dépasser l’enjeu !

Les deux états de fluidité

Rappelle-toi, on distingue deux niveaux de fluidité :

  • La fluidité / Performance
  • La Fluidité / Bien-être

En voici les caractéristiques ( selon leur ordre d’importance) :

Fluidité / Bien-êtreFluidité / Performance
SérénitéDéfi
MaîtriseContrôle
BonheurEfficacité
FacilitéPlaisir
ConfianceFacilité – Confiance
Des sensations agréables qu’on aimerait reproduire sur commande.

On constate une adéquation et un équilibre parfait entre les exigences de la situation ( défis ) et le potentiel mis en œuvre (Ressources ) par l’athlète.

Ce qui différencie la fluidité / Bien-être de la fluidité / Performance, c’est l’enjeu.

Ces deux états de fluidité ( Flow si tu préfères ) sont situés dans le «  corridor » décrit dans le diagramme de MC .

Les conséquences de l’état de flow
Sensation d’être sur un petit nuage, d’évoluer en pilote automatique
Absence d’euphorie ( on ne s’enflamme pas )
Réussite majeure
Concentration en prise directe avec le réel
Facilité(s)
Économie
Action pertinente
Prise de risque optimale et maîtrisée
Auto correction des erreurs
Tout tend vers la réussite

Différence entre Fluidité Bien-être et Fluidité / Performance

  • Elles ne se situent pas au même niveau d’enjeu ni de ressources.
  • La performance n’est pas systématiquement un enjeu, l’objectif principal.

Prenons l’exemple de coureurs qui se présentent à une même course.

Leur objectif respectif diffère car la Fluidité / Bien-être et la Fluidité / Performance ne se situent pas au même niveau d’enjeu ni de ressources.

Coureur n°1Coureur n°2Coureur n°3
Recherche la performance et vise le classementPrône le plaisir de courir sans recherche de résultatVolonté de se dépasser en espérant le meilleur résultat possible
Chacun ses aspirations, chacun ses sources de motivation, atteindre les buts que l’on se fixe…

Avec la Fluidité / Bien-être, l’enjeu n’est pas nécessairement présent.

Dans la vie quotidienne comme dans le sport, la Fluidité / Bien-être peut naître d’une situation choisie et dans laquelle l’enjeu n’est pas nécessairement présent ou en tout cas pas nécessairement très marqué.

La performance n’est pas l’objectif principal mais plutôt le bien être, la joie, la sérénité, tous sentiments apaisants ( une promenade en famille, le chant des oiseaux, etc.), des moments où l’enjeu n’est pas manifestement exigeant et dans lesquels les ressources peuvent être activées aisément et ou la Fluidité / Bien-être peut apparaître. ( les petits plaisirs de la vie ).

Avec la Fluidité / Performance, la prise de risque est plus marquée.

La prise de risque dans l’action se définit comme «  un comportement ou une intention qui s’exerce à la limite de ce que la personne se sent capable de produire » .

Cela détermine ainsi une zone de maîtrise de l’action ( gestes, paroles, émotions, énergie,etc.). Mon niveau de compétence se rapproche de l’excellence, je parviens à utiliser mon plein potentiel et à réaliser tout ce que j’entreprends en veillant à ne pas franchir les limites, ce qui me ferait basculer vers le risque de commettre une erreur.

Lorsque tu es «  dans la zone « et que tu atteins un état de «  Flow « 

Tu te sens comme un super-héros sur le terrain, tu peux tout accomplir et rien ne t’arrête.
Tu es en immersion totale dans le moment présent
Tu ne ressens pas la fatigue
Tes émotions sont canalisées et parfaitement en accord avec tes actions.
Tu es dans un état maximal de concentration
L’état de ” flow ” n’a rien de comparable avec l’euphorie…

Lorsque tu es hors de «  la zone optimale de performance « 

Tu fais des erreurs que tu ne fais pas à l’entraînement.
Tu dois faire de grands efforts de concentration pour arriver à un bon résultat.
Performer te demande plus d’énergie.
Tes pensées et tes émotions vont dans toutes les directions.

Apprendre à revenir dans la Zone Optimale de Performance ( ZOP )…

Dans son e-book , «  3 étapes pour entrer dans la zone et atteindre l’état de flow « , Guylaine Girard détermine comment entrer dans la zone optimale de performance ( la ZOP ) :

1- Identifie ton niveau d’activation dans différentes situations.
2- Détermine ta zone optimale de performance (ZOP) et ses indicateurs.
3- Élève et abaisse ton niveau d’activation selon tes besoins.

Guylaine s’appuie sur la théorie de la Zone Individuelle de Fonctionnement Optimal de Hanin. Deux athlètes qui performant à leur plein potentiel pourraient présenter des niveaux d’activation différents.

En d’autres mots, alors que certains athlètes ont besoin d’être plus détendus pour exceller, d’autres auraient besoin d’être plus stimulés. Il convient donc de prendre en compte ton niveau d’activation.

En boxe, j’ai besoin d’avoir un niveau d’activation élevé.
En tir à l’arc, j’ai besoin de maîtriser mon niveau d’énergie.

Qu’entend-on par niveau d’activation ?

Ton niveau d’activation, c’est ta quantité d’énergie, d’excitation, d’éveil physique ou mental.

Si ton temps de réaction est lent, si tu ressens un manque d’énergie, alors tu es peu activé.

Si tu ressens beaucoup d’excitation et même de la nervosité qui te fait perdre tes moyens, alors tu es très activé.

Dans quelle mesure le degré d’activation interfère dans la performance globale d’un athlète ?

Zone Optimale de Performance ( ZOP ) et Loi du U-inversé (Landers and Boutcher, 1986)

La performance d’un athlète augmente en même temps que son niveau d’activation jusqu’à un seuil optimal où la performance commence à diminuer.

Dans un premier temps, l‘augmentation du niveau d’activation permettrait une amélioration du niveau de performance, mais au-delà d’un optimum, cette dernière tend à se détériorer.

La loi du U-inversé ( Landers and Boutcher, 1986 )
La zone mentale
La zone émotionnelle

A ce moment là de notre exposé, il est important de synthétiser l’ensemble des informations abordées depuis le départ afin d’ancrer tout ceci et d’entériner les bases de notre initiation à la préparation mentale ( PM )

Pour entrer et me maintenir dans la Zone Optimale de Performance,
Je maîtrise la différence entre Fluidité Bien/être – Fluidité / Performance
Je suis en capacité de Maîtriser mes émotions, d’Optimiser mon énergie
Mon Estime de soi est solide
Je connais mes sources de Motivation
Je développe la Confiance en soi
Je connais la voie de la Concentration
Je suis en capacité de Gérer mon stress
Je pratique la préparation mentale pour faciliter mon Apprentissage
J’acquiert des aptitudes pour encourager et optimiser la Communication
Tout comme tu entraînes la technique, le physique et la stratégie, le mental aussi se travaille !

Souviens-toi, ce qui distingue la fluidité/Bien-être de la fluidité/Performance, c’est l’enjeu.

En effet les petits plaisirs de la vie comme une promenade dans la nature ou un repas convivial peut nous permettre d’entrée dans la zone de FLOW et de ressentir cette sensation de Bien-être.

L’enjeu en compétition peut à contrario te faire sortir de la zone si le défi à relever ne te stimule pas ou si la tâche à accomplir te semble difficile à atteindre.

Tu risques alors de sortir de la zone optimale de performance et de ne plus savoir y revenir.

Tu as remarqué aussi que certains athlètes ont besoin d’être plus détendus pour exceller, d’autres auraient besoin d’être plus stimulés.

Il convient donc de prendre en compte ton niveau d’activation.

En entraînant le pilier de la préparation mentale comme tu entraînes les autres domaines de ton sport ou de ton activité, tu vas parvenir à apréhender des outils et des techniques qui vont favoriser la bascule dans la Zone Optimale de Performance.

Tu seras alors en capacité de t’y maintenir pour performer à ton plein potentiel en compétition ou dans ton domaine de compétence.

La préparation mentale est une discipline complémentaire à ton entraînement si tu es sportif.

Elle te permet de t’ouvrir à une nouvelle approche de ton sport si tu es entraîneur.

Elle va t’aider à mieux comprendre le fonctionnement du sportif pour le soutenir si tu es parent.

Enfin elle est tout cela à la fois si tu souhaites aborder ton quotidien de façon optimale.

A toi de jouer !

Découvrir, s'initier, se former à la préparation mentale sportive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez ce site, rejoignez le Projet Rabeles sur

Découvrir Le Projet Rabeles